Culture et démocratie: comment concilier les 2 dans le cadre de la cohésion nationale?

Comment concilier la Culture et la démocratie dans le cadre de la cohésion nationale au Burkina

La cohésion sociale ou plus largement la cohésion de groupe désigne les liens qui relient les membres d’un groupe social les uns aux autres et au groupe dans son ensemble.

Bien que la cohésion soit un processus à multiples facettes, elle peut être divisée en quatre composantes principales : les relations sociales, les relations de travail, l’unité perçue et les émotions
Les membres de groupes fortement cohésifs sont plus enclins à participer et à rester avec le groupe.

Cette cohésion sociale est un concept en sciences sociales qui désigne l’intensité des relations sociales qui existent entre les membres d’une structure sociale donnée ou encore un système de valeurs.

La Démocratie désigne à l’origine un régime politique dans lequel tous les citoyens participent aux décisions politiques au moins par le vote. Il désigne aujourd’hui tout système politique dans lequel le peuple est souverain.

Par extension, la démocratie peut aussi qualifier une forme de société, la manière de se gouverner qu’adopte une organisation ou encore un système de valeurs.

L’UNESCO dans sa déclaration de Mexico sur les politiques culturelles lors Conférence mondiale sur les politiques culturelles, Mexico City, du 26 juillet au 06 août 1982 définit la culture: «La culture, dans son sens le plus large, est considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social.Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances

Quand on sait que pendant que certaines sociétés culturels burkinabè sont basés sur le matriarcat tandis que d’autres sont sous le système patriarcat, on l’on comprend aisément que les lois dérivant de la démocratie telque défini ne soient pas applicable sans problème.

Le Burkina compte 68 langues dont les plus parlés sont directement liés à une ethnie en particulier. C’est le cas du mooré et de ses dérivés en ce qui concerne les mosés ,le fulfudé parlé par les peuhls et le Djoula ainsi que ses dérivés parlés par les peuples Dioula et mandé.

A toute cette variété s’ajoutent les courants religieux qui existent notamment l’islam et le christianisme sous plusieurs formes.

Déjà dans sa composition varié,le Burkina Faso est une terre qui existe par le fait de la démocratie et de la tolérance

Quelques solutions pour concilier démocratie et culture pour la cohésion sociale

Solution 1

Le renforcement du concept d’identité nationale amorcé par le président Thomas Sankara de 1983 à 1987 avec CNR(Conseil National de la Révolution). Un concept qui visait à mobiliser tout les Burkinabè sans distinction aucune sous les couleurs d’une seule patrie commune :le Burkina Faso notamment à travers des valeurs telles que la fraternité, l’Union et intégrité.

Solution 2

La réadaptation de lois et règlements en fonction du contexte particulier qu’est celui du Burkina par l’intégration de certaines valeurs traditionnelles communes aux différents peuples pour une « Burkinabisation »
(action de rendre plus Burkinabè)
des lois au profit du Peuple.

Cet article a été rédigé dans le cadre de la 4eme édition du concours Mystic Blog Awards 2020, auquel le blog

GUESTSTARSCOMMUNICATON à été nominé, (05) cinq thèmes imposés font l’objet d’articles.Cet articles en est le N°1 et portait l’intitulé<< Culture et démocratie: comment concilier les 2 dans le cadre de la cohésion nationale? >>

Si vous avez d’autres idées de solutions n’hésitez pas à les mettre dans vos commentaires.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :