Excision au Burkina: une lueur d’espoir après 30 ans de lutte

Au Burkina Faso comme dans de nombreux pays de la sous-région, les mutilations génitales féminines, sont des pratiques qui ont causés de nombreux dommages dans la vie communautaire. L'excision, la forme la plus répandue des MGF, touche 67,6% des femmes de 15 à 49 ans; 11,3% des fillettes de moins de 15ans.Après 30 ans de lutte, c'est désormais les populations qui s'engagent pour le combat. En effet, selon le rapport annuel de l'UNFPA Burkina, 3661 villages et secteurs ont pris l'engagement de mettre fin aux MGF .

Culture et démocratie: comment concilier les 2 dans le cadre de la cohésion nationale?

Le Burkina compte 68 langues dont les plus parlés sont directement liés à une ethnie en particulier. C'est le cas du mooré et de ses dérivés en ce qui concerne les mosés ,le fulfudé parlé par les peuhls et le Djoula ainsi que ses dérivés parlés par les peuples Dioula et mandé. A toute cette variété s'ajoutent les courants religieux qui existent notamment l'islam et le christianisme sous plusieurs formes. Déjà dans sa composition varié,le Burkina Faso est une terre qui existe par le fait de la démocratie et de la tolérance

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑